Mieux intégrer les innovations de ruptures

 

Mieux intégrer les innovations de rupturesSur un marché en perpétuelle mutation, les entreprises sont confrontées à un défi : saisir les opportunités d'innovation de rupture, nécessaires pour anticiper l'avenir et sans remettre en cause le développement de l'activité.
Comment faire les bons choix ? Comment réduire les risques et maximiser la création de valeur ? Au final, comment convaincre au plus haut niveau de faire bouger les lignes ?


Grenoble Ecole de Management utilise et améliore la méthode KIBIS avec ses partenaires. Une méthode qui fera l'objet d'un serious game d'ici à 2015.

La plus grande difficulté réside dans la mise en oeuvre des innovations de rupture, perçues par le top management comme très risquées. Résultat, les équipes d'innovation sont parfois démotivées de ne pouvoir déployer, au-delà de l'expérimentation, certaines de leurs idées. Pour sortir de l'impasse, Sylvie Blanco, professeur à Grenoble Ecole de Management et Valérie Sabatier, directrice adjointe de la Doctoral School, en collaboration avec Bernard Cartoux, directeur Innovation au sein de Schneider Electric, ont élaboré la méthode KIBIS (1), pour Kick Innovation in Business. « Notre objectif était d'élaborer une démarche permettant de mieux argumenter et décider de la mise en œuvre d’innovations, en particulier à potentiel de rupture, en les rendant adoptables par les équipes de direction », explique Sylvie Blanco.

La méthode repose sur un fonctionnement par étapes, pour chaque projet d’innovation

  • Déterminer la compatibilité des concepts avec la stratégie et la structure de l'entreprise (son business model).
  • Identifier les options de développement de l’innovation, selon le niveau de compatibilité.
  • Elaborer un plan d’action pour chaque option afin d’accroître la compatibilité de l’innovation lorsqu’elle est insuffisante pour une intégration directe.
  • Formuler une recommandation en termes de plan d’action et de mobilisation d’une entité de réalisation.

KIBIS permet ainsi aux équipes d'innovation

  • De faire du tri en amont
  • D'anticiper les problèmes organisationnels
  • D'élaborer différentes options de développement
  • De mieux argumenter leur proposition de projet

KIBIS permet à la direction

  • De mieux prendre des décisions
  • D'éviter le choix entre le "go" et "no go" grâce à un projet par étapes
  • De préparer l'organisation au changement
  • De dynamiser la capacité d'innovation de l'entreprise, donc d'être plus performant.

Sylvie Blanco affirme : « Cette méthode vise à ne plus percevoir l'innovation de rupture uniquement comme un risque mais aussi comme une opportunité. La clé réside dans la capacité à fonctionner par expérimentation car la question n'est pas de savoir s'il faut innover ou pas, mais comment. Et même en cas de refus d’intégration de la direction, il faut pouvoir capter de la valeur issue des travaux entamés. »

1. Innovation Buy-In at Schneider Electric : The KIBIS method, in Discontinuous Innovation, Imperaial College Press.