Les nanos vertes pour une performance économique et environnementale

LES NANOS VERTES : POUR UNE PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DES ENTREPRISESLes nanotechnologies environnementales sont en expansion et concernent tous les secteurs. A commencer par l'efficacité énergétique, la réduction de la pollution et les matériaux biodégradables. Pour les entreprises, il s'agit d'un défi important : préserver leur performance économique tout en réduisant leur impact négatif sur l'environnement. Caroline Gauthier, enseignante-chercheuse à Grenoble Ecole de Management explique pourquoi.


Contribuer a une croissance durable

Et les résultats sont parfois étonnants. Permettre d'améliorer l'accès à l'eau potable grâce à « une paille de vie » qui filtre 100 % des bactéries et 99 % des virus ? C'est possible grâce à LifeStraw, un tube d'aspiration qui peut filtrer les besoins en eau d'une personne durant un an. Cette paille, inventée en 2005, a servi notamment en 2010 lors du tremblement de terre en Haïti et des inondations au Pakistan. Une innovation rendue possible grâce aux nanotechnologies vertes. Mais au-delà de l'espoir engendré par ces découvertes, les nanotechnologies environnementales intéressent les entreprises. Pour elles, il s'agit d'un défi important : préserver leur performance économique tout en réduisant leur impact négatif sur l'environnement.

Car face aux enjeux climatiques et environnementaux, les nanotechnologies, décriées par certains, pourraient pourtant apporter leur contribution à une croissance durable. « Il ne faut pas oublier que les entreprises qui ne font que des nanotechnologies sont rares. Il s'agit d'une technologie diffuse utilisée dans de nombreux secteurs : le high-tech bien sûr, mais aussi les vêtements, la cosmétique, l'alimentation, les matériaux, etc. « Les nanos vertes intéressent les sociétés car elles augmentent leur performance » insiste Caroline Gauthier. Sans compter qu'un nombre croissant de consommateurs réclament de plus en plus des produits durables. D'ailleurs, selon l'étude des deux chercheuses de Grenoble Ecole de Management, les brevets les plus déposés concernent l'efficacité énergétique, puis la réduction de la pollution et les matériaux biodégradables.

Il ne faut pas se tromper, il ne s'agit pas d'un nouveau marché, mais d'une tendance qui se dessine au sein du secteur des nanotechnologies, qui rendent plus performants et efficaces les process et les produits développés par les entreprises. « Le principe même des nanotechnologies est d'augmenter l'efficacité par rapport à l'échelle macro. Lorsqu'elle sont dites vertes, elles contribuent en plus à la durabilité des mêmes process et produits », conclut Caroline Gauthier.