Je fidélise mes cadres grace à la formation

Proposer une formation diplômante à ses collaborateurs cadres représente un outil de fidélisation et d'employabilité important. La réussite de ce contrat entre l'entreprise et ses salariés dépend de l'intérêt que chacun y trouve, des objectifs partagés et des conditions de mise en place de la formation.


Renforcer l’employabilité

Contact

Véronique Girod-Roux,
04 76 70 64 86

Les entreprises proposent des formations diplômantes à la suite des entretiens annuels d’évaluation, apprécient les besoins en fonction d’un projet à confier, d’une mutation, d’un changement de poste, etc. Il s’agit de motiver les salariés en leur offrant la possibilité d’évoluer dans leur carrière. Par ailleurs, les formations diplômantes, notamment en middle et top management, permettent aux collaborateurs de s’adapter au marché, d’avancer toujours plus vite et mieux. Donc de renforcer leur employabilité.

De nouvelles perspectives de carrière

La population concernée par les formations diplômantes est large. « D'un côté, la jeune génération cherche à se former pour élargir ses compétences et n'hésite pas à partir si on ne lui offre pas la possibilité de le faire. De l'autre, des quadras se retrouvent souvent plafonnés car ils ne possèdent pas les diplômes suffisants pour accéder à une grille supérieure. La formation leur permet de passer l'obstacle,», explique Véronique Girod-Roux, Responsable Programmes courts inter-entreprises.

Un contrat de réussite

Pour que la formation soit bénéfique autant au collaborateur qu'à l'entreprise et soit bien vécue par les deux parties, mieux vaut établir les objectifs dès le début. « Il s'agit d'un contrat de réussite. L'entreprise doit déterminer les compétences attendues à acquérir, qu'il y ait ou non un changement de poste. L'investissement doit avoir une contrepartie. Le collaborateur connaît ainsi les enjeux et peut aussi exprimer ses attentes, à court ou moyen terme », souligne Véronique Girod-Roux.

Un cadre défini

Le contrat doit prévoir les modalités de la formation : le salarié va t-il se former sur son temps de travail, son temps personnel ou obtenir un congé formation ? L'enjeu pour l'entreprise est que le collaborateur reste efficace tout en intégrant une formation. « Pour y parvenir, le temps de travail devra être aménagé, quelle que soit la solution choisie », assure Véronique Girod-Roux

Quel financement ?

La réforme de la formation professionnelle entrera en vigueur au 1er janvier 2015. Ses conditions de financement seront modifiées et reposeront sur trois piliers : le FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels), l’OPCA compétent et l’entreprise (en cas d’accord d’entreprise ou de branche). Toutefois, les décrets d’application sont encore en cours d’élaboration. Les conditions précises de financement ne sont donc pas encore totalement maitrisées.

Restent à évaluer l’efficacité des formations et leur « retour sur investissement », tant pour l’entreprise, que pour le salarié.