Il faut savoir bousculer ses habitudes et représentations

Témoignage d'Alexandre de Gmeline, responsable RH et Séverine Meyers, responsable Relations Enseignements Supérieurs au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Pourquoi avoir choisi de participer au programme Ulysse de Grenoble Ecole de Management ?

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes souhaite aujourd’hui développer ses relations avec l’enseignement supérieur. Et il nous a semblé tout naturel de développer des relations de proximité avec GEM, d’autant plus que ce partenariat entre dans le cadre des relations privilégiées entre le Groupe Crédit Agricole et les Grandes Ecoles au niveau national. Le parcours Ulysse participe à cette stratégie interne et propose une relation gagnant/gagnant. Les étudiants travaillent sur un véritable cas d’entreprise et nous attendons en retour qu’ils posent un regard neuf et créatif sur le sujet. On ne peut ressasser les mêmes schémas indéfiniment. Par ailleurs, participer à ce programme innovant représente un élément de notre stratégie de marque employeur pour rendre nos métiers plus attractifs.

Une entreprise comme le Crédit Agricole a-t-elle vocation à participer à l'innovation pédagogique ?

Oui. C’est pour cette raison que nous nous rapprochons de grandes écoles comme GEM. L’enseignement doit s’adapter à ce que l’on attend des étudiants en entreprise. Il doit intégrer les contraintes et les manières de voir le monde du travail, souvent un peu loin du quotidien et des préoccupations des étudiants. Et nous avons un rôle à jouer. Nous apprenons tous en marchant ! Même si l’immersion des étudiants du parcours Ulysse est ponctuelle, couplée avec le « Live Business Case » et le dialogue permanent avec l’école, nous élaborons un processus innovant et constructif dans la durée où chacun apprend.

Qu'est-ce que cela implique en termes d'investissement de votre part ? 

Essentiellement du temps pour accueillir et accompagner les étudiants. Nous sommes tous engagés, à commencer par le Directeur Général qui lance le Live Business Case. Il faut pouvoir se rendre disponible pour répondre aux questions et sollicitations. Cela nous demande parfois une certaine remise en question car les étudiants nous interpellent sur des points inattendus. Il faut être capable de se laisser bousculer dans ses habitudes et représentations. Il ne s’agit pas des mêmes relations qu’avec des étudiants qui sont en année de césure ou en alternance, il n’y a pas de management à proprement parler les élèves du parcours Ulysse, nous les accompagnons, les écoutons et les orientons en interne vers les personnes ressources afin qu’ils puissent travailler efficacement.