Toutes les actualités
17 fév 2015

Game of Deans : le nouveau serious game pour imaginer l'école du futur

C'est le dernier né de la famille des jeux sérieux. Conçu par Grenoble Ecole de Management en partenariat avec Educpros et Daesign, il s'appelle Game of Deans, pèse environ 800g et mesure 30 cm. Son objectif : imaginer ce que sera l'enseignement supérieur du futur.

Estampillé GEMinGame et créé en partenariat avec Educpros et Daesign, ce nouveau jeu de plateau, s'adresse aux personnes qui travaillent dans le domaine de l'enseignement supérieur, universités d'entreprise, étudiants… qui veulent innover ou imaginer des produits et services pour leur organisation. Le tout dans une approche originale et créative.

« L'enseignement supérieur est aujourd'hui en pleine mutation. Des parties prenantes nous questionnent (étudiants, candidats, diplômés, mais aussi entrepreneurs, communauté, etc.) et de nouvelles missions émergent (sensibiliser à l'éthique, contribuer à rendre les gens heureux, …). Nous devons trouver de nouveaux moyens de mobiliser nos ressources pour relever des défis (renforcer le présentiel, soutenir l'apprentissage à distance, former gratuitement,…). C'est l'objectif de Game of Deans » explique Hélène Michel, professeur à GEM et experte en serious games.

Créativité collective et partage d’idées

Game of Deans se joue en équipe de 4 à 6 personnes. La première phase du jeu consiste à créer une ambiance propice à l’esprit d’équipe alors que la seconde est basée sur la créativité et le partage des idées. Deux phases de jeu indispensables pour réunir les conditions nécessaires à la créativité. A la fin du jeu, chaque équipe aura finalisé une idée qui sera représentée sous la forme d’une montgolfière, prête à s’envoler. L’idée retenue doit être originale, réalisable et pertinente pour l'avenir des organisations de l'enseignement supérieur.

Lancé en janvier 2015 et en partenariat avec EducPros et Daesign, le jeu Game of Deans a auparavant été testé par les collaborateurs de GEM, à l’occasion des 30 ans de l’établissement mais aussi par certaines sessions d’étudiants. Le jeu a par exemple fait émerger l’idée suivante : « La HighTekTek » : une médiathèque où les étudiants emprunteraient, non pas des livres, mais des objets technologiques (drônes, montres connectées, …) afin de se former et de monter en compétences.

A noter

le jeu repose essentiellement sur des graphismes. Les textes très brefs et en anglais sont facilement compréhensibles pour toute personne dans l’enseignement supérieur. Un atout pour faire jouer toutes les populations.

Contacts
Laura Leick