Toutes les actualités
06 fév 2013

Entrepreneuriat féminin : Quand l'idéologie de couple conditionne son succès

Dans ses derniers travaux de recherche, Séverine Le Loarne, professeur à Grenoble Ecole de Management, établit un parallèle inédit entre succès de l'entrepreneuriat féminin et idéologie du couple. Explications.

La France est le pays d'Europe où la proportion d'entreprises créées par des femmes est la plus faible : 27 à 33 % selon les années. Et 60 % de ces créations sont des sociétés mono salariales. Pour Séverine Le Loarne, chercheuse à Grenoble Ecole de Management, cette situation est liée à des stéréotypes profonds comme la façon dont le couple perçoit le rôle respectif de l'homme et de la femme dans la société (idéologie traditionnelle ou égalitaire) et s'il partage ou pas cette idéologie. Un facteur selon elle qui conditionnerait le succès de l'entrepreneuriat féminin.

Les résultats de cette recherche distinguent quatre configurations

Les couples à l'idéologie égalitaire où le succès de l'entreprise assuré

«Dans cette configuration, la femme entrepreneur bénéficie du soutien de son conjoint à tous les niveaux puisqu'ils partagent la même vision du rôle de chacun tant dans la vie de la famille que dans la vie économique. Elle s'épanouit ! Du point de vue entrepreneurial, l'entreprise créée par la femme est un succès. Performance économique, création d'emplois et levée de fonds sont au rendez-vous » explique Séverine Le Loarne.

Les couples à l'idéologie traditionnelle où un succès entrepreneurial mitigé

D'un point de vue entrepreneurial, l'activité de la femme perdure mais reste mono salariée et la performance économique faible. « La femme considère son entreprise comme une activité complémentaire à sa vie privée et ne souhaite pas en faire une priorité. Elle recherche avant tout l'épanouissement professionnel» précise la chercheuse de Grenoble Ecole de Management. Et d'ajouter « Son conjoint quant à lui la soutient dans cette démarche puisque son activité professionnelle n'empiète pas sur la gestion au sens large de «la maison » et l'harmonie du couple en est préservée ».

La femme a une idéologie traditionnelle et l'homme égalitaire, le couple d'abord !

Cette situation est proche de la précédente, l'activité entrepreneuriale est considérée par la femme comme une activité complémentaire, d'épanouissement et reste monosalariée. Elle ne développera pas son entreprise. Le conjoint apporte quant à lui un soutien inconditionnel à sa compagne puisque cette activité entrepreneuriale lui renvoit l'image moderne qu'il se fait d'elle.

La femme a une idéologie égalitaire et l'homme traditionnel, aie aie !

L'activité entrepreneuriale de la femme décolle, créée des emplois, génère un bon chiffre d'affaires ou une levée de fonds. En revanche, c'est le couple qui pâtit du succès entrepreneurial puisque l'idéologie sur le rôle de l'homme et la femme n'est pas partagée. « Dans ce cas de figure, on a remarqué que le conjoint n'apporte pas le soutien attendu par la femme entrepreneur et les tensions sont exacerbées par l'activité entrepreneuriale. » confirme Séverine Le Loarne.

Ces résultats mettent en exergue la spécificité de l'entrepreneuriat féminin qui ne dissocie pas la vie familiale de la vie professionnelle.

Ils démontrent aussi que les femmes entrepreneurs ne visent pas spécifiquement la performance mais plutôt l'épanouissement dans leur activité. Une façon pour Séverine Le Loarne de poser des questionnements profonds sur « la conception actuelle de la réussite entrepreneuriale [qui] est exclusivement vue sous l'angle de la performance économique et la création d'emplois. A l'instar de l'entrepreneuriat solidaire, l'entrepreneuriat féminin apporte une autre vision et les pouvoirs publics devraient s'en inspirer pour favoriser son développement. »

A propos de Séverine Le Loarne

Séverine Le Loarne est professeur en management de l'innovation à Grenoble École de Management et administrateur indépendant d'entreprises. Elle est spécialisée sur l'impact des contraintes sociales sur la création individuelle. Ses recherches actuelles se portent sur l'entrepreneuriat féminin. Auteur de manuels de référence (dont "manager l'innovation"- Pearson), elle est aussi co-auteur du livre « Femme et entrepreneur, c'est possible ! » aux Editions Pearson.

Ses travaux de recherche « Le rôle du mariage et du soutien du conjoint»

dans l'entrepreneuriat féminin »ont été menés à partir de l'analyse d'un échantillon de douze couples, dans lesquelles la femme est entrepreneur, c'est à dire créatrice ou repreneuse d'une entreprise dont elle assure la direction. Cet échantillon provient des quatre pays scandinaves.