5 conseils pour booster sa marque employeur auprès d'etudiants

La marque employeur permet de montrer les engagements d'une entreprise, tant du point de vue des ressources humaines que de sa responsabilité sociale et environnementale. Voici 5 conseils pour l'utiliser au mieux auprès des étudiants. La marque employeur permet de montrer les engagements d'une entreprise, tant du point de vue des ressources humaines que de sa responsabilité sociale et environnementale. Voici 5 conseils pour l'utiliser au mieux auprès des étudiants.


Contact 

Rikke Smedebol

Se définir soi-même

« Il s'agit de définir son portrait en tant qu'employeur responsable. C'est une vraie stratégie marketing, un pilier qui complète la marque produit et corporate », explique Julie Giraud Avril, directrice Relations Ecoles pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique d'Universum.

Se singulariser

« Recruter, c'est faire la danse du paon », sourit Julie Giraud Avril. L'objectif : donner envie de travailler pour soi. Or, pour séduire, il faut savoir faire preuve d'imagination. Plus l'entreprise se singularise, plus elle recrutera des candidats singuliers. Attention cependant à rester en cohérence avec son identité et à ne pas vendre une fausse image de soi.

Savoir identifier ses besoins

Pour recruter des étudiants, il faut définir au préalable ses secteurs d'activité et choisir les écoles adaptées à ses besoins. Enfin, pour être efficace, il faut envoyer auprès des écoles une personne engagée dans la stratégie de la marque employeur.

S'adapter à sa cible

On ne s'adresse pas à des étudiants comme à un autre public. La jeune génération s'intéresse à l'environnement de travail, à l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle, aux engagements de l'entreprise, aux possibilités d'évolution de carrière à l'international, etc. Par ailleurs, les étudiants privilégient le contact humain. « Les entreprises imaginent souvent qu'il suffit de parler d'Internet et de recrutement 2.0 pour séduire. C'est une idée reçue. Internet et les réseaux sociaux font partie de l'univers ordinaire des jeunes. Ils attendent autre chose, et notamment une humanisation des relations professionnelles et du premier contact avec leur employeur », analyse Julie Giraud Avril.

Rester honnête

« Une bonne marque employeur s'appuie sur le principe de confiance. Il s'agit de se présenter, certes de manière différenciante, mais tel que l'on est. Par exemple, il faut pouvoir énoncer que malgré un environnement international, l'expatriation ne fait pas partie des évolutions de carrière possibles », assure Julie Giraud Avril. À défaut, les recrutés quitteront le navire prématurément. Au risque pour l'employeur de ternir sa réputation.